Un accueil chaleureux à Bédoin


04/10/2018

Situé au pied du légendaire Mont Ventoux, Bédoin a accueilli cet après-midi les coureurs de la deuxième édition de la Haute Route Ventoux. L’atmosphère qui régnait dans le Village Haute Route était constitué d’un mélange d’excitation et d’impatience alors que les centaines de participants retiraient leurs dossards et visitaient les stands partenaires, prêts à en découdre sur les trois étapes.

Lors des trois prochains jours, le peloton international affrontera un total de 273 kilomètres avec 8,030 mètres de dénivelé positif. Chaque étape se terminera en apothéose au sommet du Mont Ventoux, via un versant différent chaque jour (Sault, Malaucène et Bédoin). Pour ceux qui ne se sentent pas assez en forme pour relever le challenge dans son intégralité, un parcours alternatif a été mis en place avec des étapes plus courtes, moins de dénivelé et un classement dédié.

Après la vérification du matériel et avec leur pack coureur et leur tenue officielle Mavic en mains, les cyclistes ont pu profiter du Village Haute Route où de nombreuses activités étaient proposées. Les coureurs ont ainsi pu découvrir la boutique Mavic pour acheter des tenues supplémentaires et les derniers accessoires avant le départ, mais également visiter le stand Wattbike pour tester leur dernier modèle Atom ou ben encore tester le vélo Strada Team de 3T.

Prêt à participer à sa première Haute Route ce week-end, Michail Van Sluijs originaire des Pays-Bas a partagé avec nous ses attentes sur les trois prochaines étapes : « Je pense que la montée depuis Malaucène sera la plus difficile du week-end », nous a-t-il avoué. « Je m’attends à y laisser des forces mais j’espère le faire avec un sourire du début à la fin. C’est génial de terminer ma saison sur le Ventoux! »

Habitué de la Haute Route, le Britannique Jason Elswood s’apprête quant à lui à courir sa septième Haute Route, et la deuxième de l’année aux côtés de sa femme Enya : « Nous avons déjà fait les Pyrénées en août », a-t-il déclaré. « Nous adorons la Haute Route et nous reviendrons encore l’année prochaine grâce à l’Infinity Pass. La Haute Route nous emmène dans des endroits que nous pensions ne jamais visiter, c’est magnifique ! »

Pour sa première expérience Haute Route ce week-end, Maxime Deraet se pensait prêt pour demain : « J’ai déjà fait des triathlons mais jamais de cyclosportive », a-t-il expliqué. « Mon ami m’a motivé pour venir. J’ai déjà grimpé une fois le Ventoux mais là on va le faire trois fois en un week-end ! »

Son ami, Sébastien Vermast, teste cette année le format trois jours, avec la semaine de la Haute Route Alpes dans sa ligne de mire : « Je veux me tester sur ce format physiquement et mentalement parce que j’aimerai faire la Haute Route Alpes une année. J’ai choisi le Ventoux tout simplement parce que c’est un col mythique et parce que c’est le premier col que j’ai fait quand j’ai commencé le vélo il y a cinq ans. »

Après avoir écouté attentivement le premier briefing sécurité détaillant la logistique des trois prochains jours ainsi que les spécificités de la première étape, les coureurs ont pu profiter de la traditionnelle Pasta Party. Ce fut l’occasion pour la plupart des coureurs de rencontrer de futurs compagnons de route et de comparer leurs anecdotes d’entrainement avant de se séparer pour bénéficier d’une bonne nuit de sommeil en vue de la première étape de demain.

Longue de 119 kilomètres avec 3,150 mètres de dénivelé positif, la première étape emmènera les coureurs sur le Col des Trois Termes et le Col de Lagarde avant la dernière ascension du Ventoux depuis Sault. Réputé comme « le côté le plus facile », l’ascension depuis Sault cumule tout de même 25 kilomètres d’ascension et 1,262 mètres de dénivelé positif pour un pourcentage moyen de 5%.