Triomphe à Nice après une semaine inoubliable


31/08/2019

La neuvième édition de la Haute Route Alpes a touché à sa fin cette après-midi alors que les 500 participants ont franchi la ligne d’arrivée située sur la Promenade des Anglais à Nice. Partis de Megève il y a sept jours, ils ont parcouru 760 kilomètres à travers les plus célèbres cols alpins afin de rejoindre la Méditerranée.

En ce dernier jour de course, les coureurs de la Haute Route Alpes ont pris part à deux étapes. Lors de l’étape 7A, les participants sont descendus de Pra Loup pour se mesurer au point culminant de la semaine, la Cime de la Bonette. Cette ascension de 23 kilomètres s’effectue sur une pente régulière jusqu’au dernier kilomètre où les pourcentages s’élèvent pour atteindre 2,802 mètres au-dessus du niveau de la mer.

Se mémorisant cette ascension, Kenneth Taylor a déclaré : « J’ai vraiment apprécié cette ascension. C’était long mais régulier, avec beaucoup de virages vers la fin. C’était encore plus pentu en haut mais quel bonheur d’atteindre le sommet et de me faire prendre en photo. J’ai pris beaucoup de plaisir dans la descente aussi, c’était rapide. »

Après la descente non chronométrée, les coureurs se sont regroupés à Saint-Etienne de Tinée où ils ont pu profiter du soleil pour se réchauffer après la longue descente et reprendre des forces avant de s’élancer sur l’étape 7B. Longue de 125 kilomètres, cette dernière étape comprenait une première partie descendante de 33 kilomètres à travers les gorges pour atteindre le pied du Col de Saint Martin, dernière difficulté de la semaine. Après cette ascension de 16 kilomètres, les coureurs ont dû grimper plusieurs côtes avant de se congratuler au niveau de l’arrêt du chronométrage. Ils se sont ensuite laissés descendre sur 18 kilomètres jusqu’à Nice pour recevoir leur médaille de Finisher tant méritée, avec les eaux scintillantes de la Méditerranée en toile de fond.

Stuart Morgan, participant à sa première Haute Route pour accompagner un ami qui fête ses 50 ans, a très bien résumé le sentiment qui régnait au sein du peloton en cette dernière étape : « Mes sentiments sont partagés pour être honnête. J’appréhendais de venir sur l’événement car je n’étais pas sûr d’y arriver. Mais je suis soulagé d’être arrivé jusqu’ici et je me sens bien. À la fois heureux de rentrer chez moi mais aussi déçu de ne pas pouvoir continuer à rouler. »

« La fin d’une aventure de sept jours est magique parce qu’ont s’est tellement donné », a commenté le Norvégien Helmer Berre. « À chaque coup de pédale, on se donne à fond mais on ne renoncerait pour rien au monde. Quand les gens traversent des épreuves ensemble, on se lie forcément. On devient plus humain, et c’est ce qui est beau. D’où vous venez, votre culture, votre âge, votre sexe, ça ne compte pas. J’ai juste envie d’aller embrasser tout le monde ! »

Pour un certain nombre de coureurs, la ligne d’arrivée à Nice a marqué la fin de deux semaines intenses de vélo : l’effort combiné de rouler à la suite la Haute Route Pyrénées et la Haute Route Alpes. En tout, près de 60 coureurs ont terminé les deux semaines, parcourant au total 1,600 kilomètres et grimpant plus de 40,000 mètres de dénivelé positif. Dans ce classement général, John Thomas s’impose chez les hommes avec un temps cumulé de 42h50min12sec tandis que Wynnie Fung remporte le classement en 55h11min29sec chez les femmes.

Le Britannique Ruari Grant sera sacré ce soir vainqueur de la Haute Roue Alpes 2019, devant Guillaume Bourgeois et Damien JeanJean. La Canadienne Linda Farczadi a remporté le classement général chez les femmes. Catherine Greves et Valeria Ciarnuto complètent le podium.

Ayant participé aux deux semaines et membre de l’équipe ayant remporté le classement Duo Hommes cette semaine, le Français Alexandre Menneteau est heureux des rencontres qu’il a faites ces 15 derniers jours. « C’est pour les rencontres que je fais la Haute Route. J’ai un immense respect pour les derniers coureurs, ce sont eux les vrais champions. Nous on arrive tôt, je suis admiratif de ceux derrière. Ils ont une force mentale qui est incroyable parce que ce n’est pas facile de passer autant d’heures sur le vélo. »

Le Britannique Brent Holmes partage aussi cet avis : « Je veux revenir et en refaire d’autres. On se fait des amis tout le temps, c’est pourquoi j’aime la Haute Route. Je suis venu ici tout seul sans connaître personne mais on rencontre plein de monde. C’est comme une grande famille. »

Bien que les deux événements Haute Route de sept jours viennent de s’achever, la saison 2019 de la Haute Route est loin d’être finie. En septembre, de nouveaux coureurs seront sur la ligne de départ de la Haute Route Stelvio et la Haute Route San Francisco ou bien participeront à un événement autour du Ventoux, au Mexique ou en Chine en octobre.