Le peloton de la Haute Route face aux célèbres rafales de vent du Mont Ventoux


05/10/2019

C’est un parcours magnifique qui attendait le peloton de la Haute Route Ventoux en quittant Bédoin tôt ce matin. Les coureurs se sont dirigés vers les Gorges de la Nesque pour rouler sur de magnifiques routes à flanc de falaise et une pente moyenne de 2% sur 20 kilomètres afin de permettre aux coureurs de se mettre en jambes après une étape compliquée la veille.

« C’était une journée amusante hier même si les derniers kilomètres étaient douloureux à cause du vent. Le fait d’avoir une longue ascension pas trop raide nous a permis d’apprécier la beauté du paysage sans trop nous employer. » a déclaré le Danois Martin Hæstrup.

Les Gorges de la Nesque, avec le Mont Ventoux, sont une des attractions majeures du week-end et sont considérées comme l’une des plus magnifiques ascensions de la région. Les coureurs ont ainsi profité des balcons pour admirer les superbes formations rocheuses et les canyons sauvages durant la première partie de la course.

Après une descente de quelques kilomètres, les coureurs du parcours Compact ont continué tout droit vers le Col des Aires et le Col de la Madeleine pour terminer le circuit de 101 kilomètres tandis que les coureurs du Parcours Original se sont rendus vers les champs de lavande pour affronter le Col de l’Homme Mort.

La montée du Col de l’Homme Mort n’a pas été aussi agréable que prévu. Malgré une pente atteignant les 4%, les vents étaient tellement puissants que les coureurs ont déclaré avoir remonté le col mais dans l’autre sens ! La plupart du peloton s’est rendu compte que la journée ne serait pas comme l’ascension des Gorges de la Nesque…

Le vent est très vite devenu le concurrent principal des coureurs lors de cette journée. Andy Pearson, de Londres au Royaume-Uni, a senti son énergie disparaître après une bataille de plusieurs heures : « C’était génial aujourd’hui et le paysage était fantastique mais le vent a rendu l’étape très dure aujourd’hui. Même sur le plat, il était important d’essayer de rester dans un groupe pour essayer de s’abriter un peu du vent. »

Après avoir évalué la situation au sommet du Mont Ventoux, le directeur de course, Jean-François Alcan, a pris la décision de raccourcir le parcours, le fort vent au sommet compromettant la sécurité du peloton de la Haute Route. Les coureurs étaient ravis de cette décision, connaissant bien la réputation du Mont Ventoux et la brutalité de ses vents.

Andy a ajouté : « Même si nous n’avons pas atteint le sommet, la première partie de la montée jusqu’au Chalet Liotart était tout de même fantastique. J’étais heureux d’apprendre que nous n’allions pas rejoindre le sommet, surtout après avoir vu à quel point les 4-5 derniers kilomètres étaient compliquées à cause du vent. Je sais que c’était la bonne décision et nous devons maintenant terminer avec une belle montée. »

Les quatre derniers kilomètres avant d’atteindre le Chalet Liotart se sont révélés particulièrement difficiles avec une montée atteignant plus de 10%. Les coureurs ont tout donné pour atteindre la ligne d’arrivée et enfin admirer la magnifique vue panoramique sur la vallée avant de reprendre leur sac KitBrix pour retourner vers la ville de Bédoin. Il s’agit maintenant pour l’ensemble du peloton de bien récupérer avant l’épreuve finale de demain : le contre-la-montre.